Pur prétexte

Sur le trottoir d'en face, je suis ton prétexte,
Femme qu'un vent léger déride,
Perdue dans tes pensées,
Je m'y retrouve,
Comme je veux t'y garder,
Dans les prunelles blanches,
D'un prunellier,
Il habille la pervenche,
De tes beaux souliers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s