Matin bleu

Matin bleu sur les arbres impassibles qui m'étonnent
Pourquoi mon amertume et pourquoi ta douceur ?
J'ai vu passer le fil des longues heures comme mon cœur
Comme un souffle furtif qu'endeuillent les râles d'automne.

Le soleil ravive les âpres blessures au goût d'une jonquille
Par les vaux et par les bois, le sens cache ce décor.
Je cherche ta silhouette féminine, ma force tranquille.
Ne t'avais-je pas dit : délivre-moi de mon triste sort ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s