Vénération

L’instant de la rencontre me hante. Je suffoque presque de ne pouvoir aller vers elle. Il y a dans sa féminité, l’homme que je suis et celui que je vais devenir. Ce moment, cette simple seconde et tout bascule. Dans l’esquisse, je la retiens, je l’enveloppe, je la prolonge. Cet un effleurement inquiet, chargé de vénération. La tentation de ne pas brusquer, le désir de ne pas froisser le dessin. Son aura me hante. Elle est à peine réelle, je la sens naître par ma présence. Elle vit. Je ne veux pas rompre cet instant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s