Nous deux

Ces stances que l’on prolonge à notre insu.
Il en faudrait des consonances,
Beaucoup de voyelles inspirées de souffrance,
Abîmées dans les mots mis à nu,
Déchiquetées dans le vent impétueux,
Apaisées dans le verbe engorgé de nous deux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s