Le désir

Mon désir de la femme est plus que corporel. Quand un homme s’éveille à la femme en lui, il souhaite rencontrer son esprit en elle. Je songe à une vie tranquille, feutrée dans les gestes quotidiens, perdue dans la maison des bois. Je songe à sa présence sereine. La sexualité galvaudée a un goût de cendre. La complicité n’est pas une pulsion, ni même un assouvissement. Nous nous sommes perdus dans la débandade des sens. Nous avons méprisé la femme. Nous nous sommes méprisés aussi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s