journal posthume

Désespoir du monde

Le désespoir doit se payer cher des mots que l’on vole à d’autres, sans en considérer la portée, à en rire, grossier grotesque. Ces volages envolées, de fadeurs répétitives, le serpent qui se mord la queue, boucle inachevée d’une forcenée percée, sans admettre que sortir de l’enfer est une prouesse héroïque et quelques aventuriers puisent dans la besace de leur vérité ce que les mots, les moins lunés, noces du ciel, à s’en écœurer, à vomir les discours, toutes ces impostures puériles, ces impostures qui ne veulent plus rien dire, qui reviendront, avant longtemps, se ruer dans les boues édentées au souvenir du désespoir des estropiés. Mystique mystifiée, improbable mystique des temps radiés. La spiritualité à rebours. La contre-initiation. Le noir dessein des cerveaux accrochés aux jabots des insolents.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s