journal posthume

Solitude

Me voilà seul, au fond d’une arrière-cour, comme pleuvent les bois de santal, avec l’usure des jours. Je n’ai pas toujours l’âme poète, parfois crissent les peaux de mon amour et je tiens un cœur ouvert à la petite cuillère. Il faut boire le silence et la solitude, l’engourdissement des doigts, les rides de nos déboires. Là, il se peut que j’exagère ma poésie. Des étourneaux embrassent le vent inquisiteur et me voilà glissant vers la torpeur. L’homme sombre plus qu’il ne veut le reconnaître. Il paie cher sa solitude. Salud !

Publicité

2 commentaires sur “Solitude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s