journal posthume

Connais-toi !

Quand l’homme ne se connaît plus, qu’il est sans cesse dans l’acquis, il n’est pas loin de sombrer. Celui qui se contente des émotions en enfilade s’est accroché à la coquille. Celui qui s’accroche à la coquille est voué à disparaître. Aller jusqu’au bout, c’est se laisser guider par l’invisible, par l’esprit des choses. Celui qui s’identifie à ses émotions, celui qui s’identifie à ses images est un être figé. D’où nous vient d’écrire ? D’où nous vient de poser les mots comme autant de jalons sur une voie que l’on ne connaît pas ? D’où nous vient d’être ? La superficialité, le fait de ne pas se connaître fait de nous des êtres à-demi… Le connais-toi est la pierre fondatrice de tout homme. Les cancres ne cherchent qu’à masquer leur ignorance. Quel brouillard ! Quelle nuée ! Nous revenons de loin. Beaucoup se pensent évolués parce qu’ils portent des costumes à leur image. Des prétentions de l’écriture et des prétentions à l’Art. L’âme est inspirée. Le travail à la Flaubert, suée sang et eau engendre un art mécanique, alors que les écrivains d’aujourd’hui n’arrivent même pas à sa cheville. Maupassant s’était bien aperçu de l’autre face cachée avec son Horla. L’hypocrisie de certains est manifeste. Faite donc du yoga à la place ! Les supermarchés de l’écriture, ainsi que les supermarchés spirituels sont les mêmes. Poésie de gare, et mots égarés. Je crois à l’inspiration. C’est l’entre-deux. C’est le temps de l’apnée et c’est le temps du vivant. Seulement, l’on confond instantanéité avec instant. L’on confond inspiration avec mécanicité. Rétrogradation de l’homme. C’est un constat définitif, mais non fermé. Connais-toi, bon sang !!!

7 commentaires sur “Connais-toi !

  1. je songeais aux grecs et à leur façon de poser la raison discursive au sommet. ça a du bon, indubitablement, mais ça pêche par excès. Et par ignorance savante, transmise jusqu’à nous, avec les effets de puissance que l’on connaît, les leviers formidables employés tous azimuts. De même que l’irrationnel peut amener au même chaos.

    Aimé par 1 personne

    1. De fait, si on lit Platon, l’on est de suite pris par une réalité relevant des plans supérieurs, et la raison est surtout l’accident occidental, malheureusement pour nous. L’irrationnel inscrit dans sa nature ontologique n’engendre pas le chaos, mais l’unité et la paix en nous-même. L’homme ne se connait plus. C’est sur ce point que je souhaitais m’appesantir. Il ne s’agit pas seulement de contrecarrer ce pseudo-chaos, qui n’en est pas un forcément, mais plutôt de retrouver une unité et le véritable sens de l’existence. « Science sans conscience est ruine de l’âme » comme dit Rabelais. Vie sans conscience est ruine de l’âme. Ignorance est ruine de l’âme. C’est ainsi que je l’entends. L’occident a cette fameuse tendance à tout externaliser, à vouloir maîtriser, à vouloir être le modèle de … Les conséquences sont gravissimes. Tant que nous ne savons plus qui nous sommes, nous sommes perdus et nous perdons le monde. Nous devons revenir à l’essentiel. Recommencer à zéro. Mon ami Édouard vous dirait : « C’est foutu ! » Je pense que tout n’est pas perdu…

      Aimé par 1 personne

  2. Il y a une nostalgie, une amertume, dans ce texte. Quelque chose qui ramène au c’était beaucoup mieux avant. Et aussi à une idée d’élitisme. Pourtant je doute qu’avant ce fut rose. Enfin certainement pas comme l’entend. D’ailleurs les grecs étaient frappés d’une pauvreté crasse en matière de vocabulaire des couleurs. Il y aurait aussi à dire sur le point de vue du narrateur. Mais qui est-il pour s’autoriser. Bref un texte de fiction qui fait réfléchir plus qu’à l’écriture elle-même.

    Aimé par 1 personne

    1. Fiction ? sûrement pas. J’adhère à tout ce que je dis. Nostalgie ? Encore moins. Je fais référence à certains auteurs fondateurs pour écrire aujourd’hui. Une lumière, un rayon qui vient percuter. La vie en rose… Bof ! je ne cherche pas forcément ce genre de vie. L’élitisme après être passé par un rouleau compresseur n’est pas élitisme, mais jaillissement de… C’est en faisant que l’homme se fait. A méditer !!!
      Je vous confie que je me donne le même droit que vous et bien d’autres. Le narrateur s’assume. Mais, je n’enferme personne et je ne m’enferme pas non plus. On évolue avec la critique, d’où qu’elle vienne, d’ailleurs. Je ne réduis personne, mais j’ouvre le questionnement, tout comme vous le faite et parfois, je vois un fil conducteur très intéressant.
      Bon, il me plait d’avoir suscité une réaction.
      Pour ce qui est de l’amertume, je vous répondrai que là où vous en voyez, je vois plutôt de la provocation.
      Je me provoque et j’aime particulièrement partager cela. Je ne suis pas dans la « doxa » eh oui !

      Aimé par 1 personne

  3. Se connaître ! J’aime beaucoup cette proposition : « connais-toi ! » Comment se connaître si ce n’est apprendre à naître en conscience avec soi-même. « Con » (avec) naître ! On ne peut commencer à apprendre à se connaitre, me semble-t-il, que si l’on prend le temps de prendre conscience de sa propre conscience qui découvre que nous ne sommes pas seulement des vivants et des existants, mais des êtres pensant. Cependant, on exécute bien plus souvent nos présupposés que réaliser des agissement qui auraient été bien pensés. Bien plus souvent nous agissons en tant que restituant plutôt qu’en tant qu’être pensant. On peut également écrire de deux manières, soit en renaissant, soit en s’exécutant. Merci pour ce texte qui met en éveil l’Être en nous qui nous connaît mieux que nous-même !

    « Savoir n’est pas connaître », un texte que j’ai écris il y a quelque temps, que je partagerai la semaine prochaine pour prolonger ma pensée qui s’est éveillée à la vôtre ! Bonne semaine.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s