Le désir

Mon désir de la femme est plus que corporel. Quand un homme s’éveille à la femme en lui, il souhaite rencontrer son esprit en elle. Je songe à une vie tranquille, feutrée dans les gestes quotidiens, perdue dans la maison des bois. Je songe à sa présence sereine. La sexualité galvaudée a un goût de cendre. La complicité n’est pas une pulsion, ni même un assouvissement. Nous nous sommes perdus dans la débandade des sens. Nous avons méprisé la femme. Nous nous sommes méprisés aussi.

Coup de foudre

Que fait-on du coup de foudre ?
Comment se défaire de cette emprise ?
Est-ce emprise, ou bien la seule raison de vivre ?
Je questionne les astres dans mon verre à bulles
Puis dissipe les confusions de mon délire.
Interrompre le charme cuisant d’un dialogue,
Poursuivre l’appréhension d’une conquête
La vénus cache-t-elle une tendre morsure ?

Simplicité

22 mars 2020

Certains êtres nous inspirent, et nous n’y pouvons rien. On pressent dans leur sein la blancheur d’une frémissante colombe. Il suffit d’un mot, d’un regard, et tout notre être s’immisce dans leur monde, incursion à peine avouable. Combien de fois avons-nous été saisi par cette impression de bonté naturelle, de nature simple ? La simplicité, tel est le maître mot. Envahissement de ressentis. Certains êtres existent pour qu’on leur dise avec ferveur qu’ils sont beaux. Mais notre voix demeure paralysée au fond de notre gorge. Je ne sais pas en dire plus. Tout à l’heure, les peupliers et les saules nous ont salué avec la force altière des arbres. La forêt est une amie de longue date.