humour mordant

L’Art

.

Les quartiers sont les villages de notre conscience. Le quart, ce quart qui met en partage. Et l’Art ? Car, l’Art n’est pas originalité, mais origine. Si l’art n’élève pas, c’est alors confondre un restaurant avec un fast-food. L’Art percute notre âme. Mais, il ne la viole pas. Je pense que nous confondons l’art et les problèmes psychiatriques de certains. Confondre bruit et musique. Confondre atelier et zone industrielle. L’Art devenu égouttoir des impasses de notre psychisme. Bon, je veux bien de l’art thérapie… L’œil d’un homme coincé dans ses dédales et la galerie s’amuse. Mondanités des faux-culs. La citrouille d’un gargarisme hoquetant éclatée sur une toile blanche. Il y en a qui n’ont pas peur. Le ridicule ne tue pas, dit-on. J’ai beau scruter longtemps un tableau, je ne trouve pas qu’une patte de mouche sur un fond noir puisse faire jaillir le meilleur de moi-même. L’Art dans tous ses états !!!

humour mordant

Chez cuculand

Les chansonnettes pour midi-net, apologie de la bêtise. Romance à deux balles sans rien de profond, mais vas-tu un peu plus plonger au-delà de ta sentimentalité ? le monde est à gerber. On nous vole nos amours, on nous vole nos amitiés : tout est abîmé. Bon sang ! le cerveau des hommes est une écumoire baveuse. Cuculand. Musique défoncée au supermarché, heure de pose, ou pause débridée. L’amour ménage, Monsieur propre au logis, cervelle d’oiselle et autre acabit. Chez cuculand, on parle d’amour mais on ne sait pas aimer. Non ! je me trompe : on ne parle pas d’amour. C’est le vide existentiel. Depuis quand la vie avait son sens ? On nous bassine avec du vide, on ne comprend pas ce que l’on n’a jamais expérimenté. Des loques, des lambeaux de chair. Des rumeurs de cerveaux. Il n’y a plus ni homme ni femme, mais des ombres qui déambulent dans un décors usé, miteux. Des fesses, on en voit partout et des mains qui s’y posent, quelle blague ! Réinventer l’homme ! Réinventer la femme ! On s’ennuie avec ces corps vidés de leur charme.

humour mordant

La quantité tue

Comment être attaché à ce qui ne dure qu’un instant et perdu l’instant d’après ? J’ai beau me gratter la tête, je ne parviens pas à comprendre la folie, le délire presque macabre des hommes. Bon ! Je sirote quelques textes. Sinon, on se rend compte de la cacophonie mentale. J’ai l’impression d’être dans un lugubre cauchemar. Cette quantité de textes, de mots sortis tout droit d’une tombe monumentale me donnent à fuir. C’est nauséeux. Du à peu près, du copier-mental en quantité. Comment font tous ces gens qui vivotent de réseaux sociaux ? Réseaux démentiels, à n’en pas douter !

humour mordant

Serial Killer

.

Injonction violente, postulat impérieux, du psychopathe des mots au psychopathe des cieux, je gage que la différence soit mince. Un filet écumeux entre les dents époustouflées et la haine fait mousse. Les mots sont tordus face à de telles hideuses instances. Qu’as-tu Hervé à geindre avec du cyanure aux lèvres ? Marmite ombellifère et genoux sécables, voici des damnés qui susurrent en grinçant des dents. Des mots persiffleurs jusqu’au cou et ce serial killer a la gâchette facile. Au désert des imposteurs, la guerre fait des ravages. Les mots trouvent la chair et les canons tuent, lentement, un à un, les vivants. Qu’as-tu Hervé à imposer ta revanche, comme si tu avais peur ? Des mouches se piquent de ton assiette, et tes rocs cachent des crachats tortionnaires. Ceux qui ne sont pas heureux creusent les tranchées de la mort. Un seul mot ne suffit plus. Il te faut du nucléaire de haine. Cent coups qui se déversent, Hervé, et tu jouis de ta rage tel un enragé. Pourquoi Hervé ?

humour mordant

Le passage obligé

Être un pas sage, n’est pas futilité, mais engagement vivace et fort approprié. Pour parvenir à cet état, faut-il donc traverser un pont, puis un autre, car l’enfer est sous nos pieds. Fausse moralité a bon dos sur l’âne qui porte un savoir quelque peu morcelé, un élément du puzzle oublié ? Alors, un à un, mes actes vont s’ancrer et je plante un arbre que je nomme sincérité. La politique de l’autruche ne consiste pas à mettre une tête dans le sable pour ne pas voir, mais bien de cacher les vraies réalités. Quand on vit, on a les forces de nos intériorités. Combien de fois j’ai vu la mauvaise foi passer pour de l’intégrité. Les gens qui râlent sont souvent ceux qui n’ont en rien à cirer. Des pets dans l’eau, épée mouillée de fausses morales et de désengagement vis-à-vis de l’humanité. Un pas en amène un autre et le pas sage est celui qui a toute ma fidélité.

humour mordant

La plus belle

Des sphères sulfureuses comme des anguilles sous roches. La pointure du serpent mordant les succubes tortueuses et les vacations qui ont pour seules vocations l’accaparement disharmonieux. Non ! Tout ne se vaut pas et la poubelle n’est pas la plus belle. Parodie d’une inversion, mais tant pis pour ceux qui s’y perdent. Après tout, chacun sa sphère. Qu’on vienne picorer ici ou là, les uns s’accrochent au vide et les autres au trépas. La parodie est visible et l’on pouffe de rire devant ce déploiement d’énergie pour courir à l’envers.

humour mordant

Excessivité

« L’évidence pourlèche les paroles. Mais à trop se déverser, il en vient des propos indigents ». Ainsi s’exprima le potelé marquis de la jouissance. Il leva son petit doigt et savoura un reste d’outrecuidante sauce au vin blanc. Jamais je ne le vis aussi plaisant, sa perruque abondante quelque peu de travers, mais sa mine rose lui seyait sans nul doute. « Je suis le parfait samaritain et, de mes dix doigts opportuns, je joue sur les cordes amulettes de chacun. N’est-ce pas enfin une victoire, alors que la tragédie prend des airs de victime ? Non, non, non ! Insupportable cette mise-en-scène ! J’ai bien fait de marcher à côté de mon paladin. »

humour mordant

Vendredi

Illustration de Geluck Philippe

Dans le cerveau, il y a, ou des cas niveaux par monts et par vaux, des circuits courts circuités, des labyrinthes d’un cervelet à l’autre, de ténébrescence en gérescence, ou fluorescence en effervescence, mais une radiance inconséquente, je puis vous l’assurer, puisque certaines prépondérances vont de purulence en inadvertance, ou bien encore d’encens par essence, substance sans animosité, mais gare aux sentences sans sens, car, elles sont incapables de faire pénitence. Aimer les mots en anse, c’est Byzance. Comme j’étais paresseux à l’école, j’ai fini par ne plus y croire. Sans lien avec ce qui précède…

humour mordant

Dimanche

Dix variations pour dix manches, dix genoux de tes dix pas, mais dis, comment tu vas ? J’ai dix sous cachés dans un bas, et dix paires de yeux pour un coeur qui bat. Je repasserai par là, dix fois et même vingt fois ; surtout n’y crois pas, car ce dis en dit plus long qu’un silence au plus bas, et si tu viens, je viens dix fois plus que toi. Ça ne va pas ? Si si, tout va.