journal posthume

Le pouvoir de l’internet

Edouard m’a rendu visite, et tandis que nous prenons, comme d’habitude, le café, nous parlons de chose et d’autre. Puis, de fil en aiguille, nous voilà à parler d’internet. Un ami d’Edouard, brillant informaticien, lui a révélé une bien inquiétante information : Nous sommes tous codifiés dans ce que nous dessinons, enregistrons, écrivons, publions. C’est comme une empreinte ADN, personnelle et singulière. Le traitement d’information est tel qu’à la seconde précise, il existe une conversion de tout ce qui se fait sur internet. L’information est si précise, qu’il est inutile de s’inquiéter sur nos droits d’auteurs. Tout plagiat, même infime, au vue de la toile infinitésimalement établie, est répertorié à la millième de seconde près. Mais, outre ce pouvoir, le « grand codeur » hiérarchise les données et établit un classement en fonction de son ordre d’apparition. Votre « substrat », si je puis dire, est bien protégé. L’histoire fera apparaître les supercheries, les copier-coller et toutes sortes d’usurpation. Je suis resté stupéfait. Mais, ai-je répondu à Edouard, on dirait Dieu et le Jugement dernier. Mon ami me regarde : Tiens ! je n’y avais pas pensé.

journal posthume

Auto-like

Y a-t-il quelqu’un pour m’expliquer les auto-like ? Est-ce de l’autosatisfaction, de la vanité, ou ai-je manqué quelque chose ? Je me suis posé la question en voyant cela sur certains blogs, assez fréquemment du reste. L’amour de soi, ou le manque d’amour de soi, est-il à ce point si intensément irrésistible pour que certains manifestent publiquement, et sans honte leur narcissisme ? Comme il ne m’est jamais venu à l’esprit de le faire, et comme ma gentille souris ne me harcèle pas à ce point, j’avoue être un peu dépassé. Peut-être est-ce une fausse manœuvre de l’informatique, un dérapage du clavier ? Mais alors, comment expliquer cette récurrence ? Au début, je me disais : il s’agit certainement d’une erreur. Mais quand celle-ci se répète, cette explication ne tient plus du tout. Ensuite, plusieurs personnes, de différents blogs, le font. S’agit-il d’un code que j’ignore ? C’est vraiment incroyable ! J’avoue n’y rien comprendre.

Bon, je m’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ? Ah ! ce monde du virtuel ! Quelle découverte !

Merci de m’avoir lu, je vous aime…

Non classé

Incohérence d’internet

Course effrénée aux « like », dispendieuse anarchie névrotique de la reconnaissance artificielle, prostitution déguisée des mœurs des temps actuels. Regardez-moi, oh mon bon miroir, faites que j’existe sous les phares ! Narcissisme et quête désastreuse dans la tourmente d’une dérive de perte de sens. La quantité prévaut-elle sur la qualité ? Rassurez-moi que j’existe bien, car sans vous que serais-je ? Likez-moi, donc j’existe. Déplorable aveu au milieu de cette masse informe. Pourtant, quelques petites perles que l’on peut découvrir, ici ou là, même dans un fatras d’illusion. Je vois défiler les « like » à la seconde même où je publie et puis quelques défilements sans cohérence, sans volonté réelle de l’échange, des « like » sans fil conducteur, jetant sur le probable une ignominie d’improbables. A se lécher d’ennui devant ce vide écœurant.