journal posthume

Souffrance

Travail de la terre. Préparation en attendant que le soleil chauffe le sol et l’aide à murir. Des jours de sueur. Je lis ici ou là. Je pose, au-dessus du lit, quelques ouvrages en cours. J’ai peine à finir la page. Mes yeux m’emportent loin, sur le vaisseau de nuit. Ce qui se passe dans le monde m’étourdit. Je ne crois pas que l’on puisse dire quoi que ce soit. Le peuple est toujours à la merci de certains prédateurs. Je ne crois absolument pas que tout soit aussi simple à décrypter. Attendons. Nos pensées vont vers tous ceux qui souffrent, inconditionnellement, dans un monde de fous. Nous sommes tous ceux qui souffrent. Il n’y a pas de souffrances légitimes. Il n’y a pas le camp des bons et celui des méchants.

journal posthume

Désespoir du monde

Le désespoir doit se payer cher des mots que l’on vole à d’autres, sans en considérer la portée, à en rire, grossier grotesque. Ces volages envolées, de fadeurs répétitives, le serpent qui se mord la queue, boucle inachevée d’une forcenée percée, sans admettre que sortir de l’enfer est une prouesse héroïque et quelques aventuriers puisent dans la besace de leur vérité ce que les mots, les moins lunés, noces du ciel, à s’en écœurer, à vomir les discours, toutes ces impostures puériles, ces impostures qui ne veulent plus rien dire, qui reviendront, avant longtemps, se ruer dans les boues édentées au souvenir du désespoir des estropiés. Mystique mystifiée, improbable mystique des temps radiés. La spiritualité à rebours. La contre-initiation. Le noir dessein des cerveaux accrochés aux jabots des insolents.

Le verbe aimer

Le poète

Il n'a pas d'âge.
Il vient au monde avec la poésie.
Il n'apprend pas.
Il vit avec les mots qui l'embrasent.

Les mots le réduisent en poussière.
Il vole avec l'oiseau.
Il s'exclame des insolentes prières,
Puis s'endort avec le bruissement de l'eau.

Il fait son marché et s’étonne du monde.
S'il rêve d'un brochet,
Il repart avec une limande.
Son panier a quelque chose d'étoilé.

Il se souvient de chaque seconde,
Il surprend le vol d'un cygne.
Rares sont ceux qui lui font cette offrande
Le poète alors s'engage et en lui-même signe.