journal posthume

Exacte attitude

La déferlante des acquis depuis tout ce temps, ces discours impossibles, des discours qui sont les coins en bouche, ces coins de bouche qui cumulent une mousse verdissante de moisissures, ou de morsures, taciturnes, pleine d’amertume, qui n’a jamais fait que copier des leçons apprises sur les ricochets d’une société déclinante. Les hommes qui ruminent leur vie manquée par de pseudos pensées écologistes et pacifistes. Tu parles, me dit Édouard, ils font semblant d’être les saints du monde profane. Ils sont insupportables ! Il y a, de nos jours, une prétention à vouloir devenir le saint des temps modernes. « Les biens pensants » qui déclarent être les meilleurs. Ils font la morale, comme on ne l’a jamais faite, et ne manifestent aucune espèce de gratitude à l’égard de quoi que ce soit.. Les vieux grincheux intellectuels. Ont-ils jamais rencontré le réel ? L’exacte attitude c’est de voir que la vie est un grand miracle. On boit le café fumant. Le matin s’éclaire. Ici, la vie chante. J’écoute les paroles d’Edouard. On est des amis depuis si longtemps. Je le regarde. Enfin ! Comme il faut du temps pour regarder ! Comme il faut du temps pour ne pas manquer la vie !

journal posthume

Souffrance

Travail de la terre. Préparation en attendant que le soleil chauffe le sol et l’aide à murir. Des jours de sueur. Je lis ici ou là. Je pose, au-dessus du lit, quelques ouvrages en cours. J’ai peine à finir la page. Mes yeux m’emportent loin, sur le vaisseau de nuit. Ce qui se passe dans le monde m’étourdit. Je ne crois pas que l’on puisse dire quoi que ce soit. Le peuple est toujours à la merci de certains prédateurs. Je ne crois absolument pas que tout soit aussi simple à décrypter. Attendons. Nos pensées vont vers tous ceux qui souffrent, inconditionnellement, dans un monde de fous. Nous sommes tous ceux qui souffrent. Il n’y a pas de souffrances légitimes. Il n’y a pas le camp des bons et celui des méchants.

journal posthume

Exsangue neige

la femme inutile, pantin dans les arbres, femme versatile, mon naufrage et mon lendemain. Il a fallu les blancheurs d’un paysage pour venir me surprendre et rompre ma glace. Je suis cette femme inutile, et cet homme pantois. Il ne suffit pas d’écrire pour voir les courbures de tes gestes futiles, et le vernis de tes mots aux ongles rougis de vanité, car de tes ondulations sournoises, j’ai vu ma sombre inertie.

journal posthume

Promenade

L’occupation des jours se résume à beaucoup d’imprévus. Il semble que ma relation avec cet outil de travail, ce moyen d’investigation me mène à reconnaître le bienfondé d’une approche assez baroque du monde. La terre travaille. Elle nous ramène à l’humilité et nous insécurise aussi, ce qui me semble nécessaire aujourd’hui. Je ne peux pas aller plus loin. Je mentirai autrement. Mais j’aperçois ici et là de belles personnes, de belles œuvres fondamentalement humaines. C’est une paix qui s’installe quand tout va mal. Je cultive le silence, même sur ce blog. Je me promène.